Tout l'monde a un rôle à jouer



Expérience Bathurst : pleins feux sur l’harmonie linguistique

Si on leur demandait ce qu’elles font, elles diraient sans doute que ce sont des « embuscades touristiques ». Mais vous n’avez absolument rien à craindre. En fait, depuis plus d'un an, Meredith Caissie de Tourisme Bathurst et Monique Boudreau de Destination Bathurst (et leur vidéographe Jeff Chiasson) tournent une série de courts-métrages pour les médias sociaux. Il s’agit d’un carnet de voyages dans la région Chaleur du Nouveau-Brunswick, dont le but est de faire valoir ses infrastructures culturelles, récréatives et historiques et, bien sûr, la richesse de sa diversité linguistique.

« La plupart des gens ne savent même pas que nous leur rendrons visite, tout est vraiment croqué sur le vif », a indiqué Madame Caissie. « Nous ne faisons que passer, déclare Madame Boudreau. Rien n’est planifié, rien n’est embelli. Nous arrivons et filmons tout simplement l’expérience. » D’où le nom de la série, Expérience Bathurst.

Depuis janvier 2012, les deux réalisatrices, qui sont aussi les animatrices, ont publié des capsules de 5 minutes sur des sujets allant des festivals et événements culinaires aux excursions d’alpinisme et de vélo de montagne. Jusqu’à maintenant, la réaction a été phénoménale. « La première capsule vidéo diffusée en janvier 2012 a généré plus de 8 000 visites sur YouTube dès le premier jour », a précisé Madame Boudreau.

Bien entendu, les conversations bilingues font partie intégrante du concept. Comme l’affirme Madame Caissie : « L’harmonie linguistique est au cœur du sujet. Nous savons que le nord-est du Nouveau-Brunswick, plus particulièrement la région Chaleur, est une communauté très bilingue. Nous passons constamment d’une langue à l’autre au fil de nos conversations. Nous en sommes très conscientes au moment de filmer. C’est cette réalité-là que nous voulons démontrer dans les capsules vidéo. Comme nous ne traduisons pas tout ce qui se dit dans l’autre langue lorsque nous parlons normalement, il n’était pas question de le faire dans ces capsules. Cela va de soi. Et c’est ça qui les rend authentiques. »

Madame Boudreau ajoute : « Ces capsules vidéo sont un moyen subtil, mais efficace, de démontrer que les citoyens de cette région ont un respect réciproque pour leur héritage linguistique et qu’ils apprécient les aspects uniques à chaque langue. Chaque semaine, cela nous rappelle que l’harmonie règne entre les communautés linguistiques. »

En réalité, ces vidéos ont des retombées au-delà leur mission initiale, car certaines écoles de la région ont présenté les vidéos dans leurs cours d’immersion linguistique. « Cela signifie que notre communauté en apprend sur elle-même, par des moyens que nous n’avions pas planifiés ni envisagés, a déclaré Madame Boudreau. C’est merveilleux, mais on ne s’attendait vraiment pas à ça. »

Les « embusqueuses » seraient-elles devenues des « embusquées »? Oui, mais elles n’ont absolument rien à craindre non plus.

Photo : L'honorable Graydon Nicholas, lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick, Monique Boudreau et Meredith Caissie.

Back

Tout l'monde a un rôle à jouer

Le monde en action >>