Les lauréats de 2016

Le Centre international d'apprentissage du français (CIAF)

Le Centre international d’apprentissage du français se spécialise en enseignement du français comme langue seconde et en formation des compétences linguistiques. Le CIAF incarne l’esprit de mieux connaître les autres grâce à l’apprentissage expérimental. Depuis sa création en 2001, l’organisme a compris la valeur de demander aux gens de transmettre leur culture et leurs traditions tout en apprenant une autre langue. Les étudiants qui participent aux programmes offerts par le CIAF ont aussi l’occasion d’apprendre la culture, les traditions et les valeurs d’ici tout en apprenant l’écoute et la communication active dans leur langue seconde avec des gens de la région.

En 2012, en réponse à la demande de sa clientèle, le CIAF a ajouté une formation d’anglais langue seconde à leurs programmes. Le Centre est situé à l’Université de Moncton, campus de Shippagan, et des bureaux satellites se trouvent maintenant à Moncton, Fredericton et Saint John. Le Centre compte sur une équipe de trente professeurs qui se situent un peu partout en province.

Depuis le début, le CIAF est un catalyseur pour le renforcement de la cohésion sociale en favorisant des échanges positifs entre les communautés anglophones et francophones du Nouveau-Brunswick. Chaque été, le CIAF offre une formation pédagogique aux enseignants de français comme langue seconde en collaboration avec le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick.

Comptant plus de 700 étudiants par année, la force et le succès du CIAF se trouvent manifestement dans sa démarche d’enseigner la compréhension mutuelle en matière de langue et de culture, ce qui mène à une nouvelle appréciation et un meilleur respect pour tout le monde.

Monsieur Gerald "Gerry" Cormier (à titre posthume)

(La famille de monsieur Cormier qui reçoit le Prix en son honneur)

Premier Acadien et francophone élu maire de la Ville de Miramichi, M. Gerald « Gerry » Cormier avait de grandes ambitions.  Il avait un talent inné, celui de rassembler des gens pour le bien commun des habitants de Miramichi, et ce, pendant toute sa longue carrière en politique.  Il consacrait son travail à favoriser la collaboration afin de pouvoir améliorer la qualité de vie de toutes les personnes qui l'entouraient.  Il a réussi, comme maire, à faire en sorte que la Ville de Miramichi, dont la population est majoritairement anglophone, intègre l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick en 2013 ; il s'agit là d'une de ses réalisations les plus remarquables. M. Cormier a également créé un poste de coordination des services français au niveau municipal afin de mieux toucher le public et d'assurer la prestation des mêmes services dans les deux langues officielles. 

Amical et ayant bon cœur, il a su rassembler afin de célébrer la riche diversité linguistique et culturelle de la région. Grâce à son amour et à son respect véritable de la diversité, ainsi qu'à sa passion pour la prospérité de Miramichi, il excellait à mobiliser les forces de chacun de même qu'à développer des relations bénéficiant à ses concitoyens.

M. Cormier a su, et c'est d'ailleurs ce qui représente sa plus grande qualité, unir une ville divisée parce qu'il savait qu'il s'agissait de la meilleure chose à faire ; il n'a d'ailleurs jamais cherché à obtenir une reconnaissance personnelle pour ses efforts. M. Cormier est décédé en juin 2016, mais le fruit de son travail profitera à bien des générations.

L'honorable Frank McKenna

(Monsieur James McKenna reçoit le Prix de la part de son père)

Tout au long de sa carrière, l’honorable Frank McKenna a personnifié les valeurs du respect, de la compréhension et de la reconnaissance mutuels. Son leadership intègre dans le domaine des droits langagiers provinciaux ainsi que sa créativité dans la création de liens entre les deux communautés de langues officielles de notre province incarnent les meilleures qualités du Nouveau-Brunswick.

Comme premier ministre du Nouveau-Brunswick, M. McKenna a démontré – et démontre toujours – du courage politique, du leadership réfléchi et une citoyenneté engagée en ce qui concerne le bilinguisme officiel qui, en fin de compte, a renforcé la cohésion sociale de la province grâce à la promotion et la célébration de compréhension, de respect et de reconnaissance partagés. Il a aidé les Néo Brunswickois (et le monde) à se rendre compte de l’inestimable valeur de notre main-d’œuvre bilingue. Ses efforts ont donné des milliers d’emplois, car les grandes entreprises ont réuni leurs téléservices en un grand centre de contact établi au Nouveau-Brunswick – le parfait mélange entre l’industrie, le capital humain et les collectivités. Ses partisans reconnaissent à M. McKenna d’avoir redonné au Nouveau-Brunswick la détermination et l’optimisme grâce à sa conviction implacable que notre province est un excellent endroit où faire des affaires et investir – en faisant toujours la promotion de notre nature bilingue.

Ce leader visionnaire originaire d’Apohaqui au Nouveau-Brunswick a appris le français comme langue seconde plus tard dans sa vie, car il comprenait l’importance des langues dans une économie axée sur l’avenir. Il a toujours donné l’exemple, et continue manifestement d’être un honorable leader engagé envers l’harmonie linguistique et culturelle.

 

 

Tout l'monde a un rôle à jouer

Le monde en action >>